Lectures

Rouille de Floriane Soulas : un premier roman prometteur !

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler steampunk et mystères parisiens, avec le roman Rouille de Floriane Soulas. Alors, Rouille, c’est quoi ?

39406839_305551906864685_2420421166029078528_n

Foxy et moi, on trouve la couverture magnifique ! Pas vous ? 

Paris, 1897.

Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparaît dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations…

Titre : Rouille

Auteure : Floriane Soulas (alias Sailor Flo)

Editeur : Scrinéo

Pages : 375

Voilà un roman qui me faisait de l’œil depuis sa sortie ! D’une part parce que l’univers steampunk est l’un de mes pêchés mignons, d’autre part parce que j’en avais entendu beaucoup de bien. Alors, ça donne quoi ?

J’ai beaucoup apprécié ce Paris revisité à la sauce steampunk. L’intrigue de Rouille a lieu dans les bas quartiers de la capitale, là où la misère règne. Nous allons donc suivre la vie de prostituées, petits malfrats et d’une bande de Gavroche… Cette atmosphère contraste avec celle des quartiers les plus riches, protégés par un dôme surplombant la ville. Là-bas, la vie ne semble n’être que bals, amusements et petits arrangements entre hommes de pouvoir… C’est par les yeux de Violante, notre héroïne, que nous allons découvrir les différences entre ces deux milieux. Le roman coche parfaitement les cases du genre steampunk, avec à la clef des machines volantes, des automates et autres merveilles mécaniques. J’ai adoré les premières scènes dans la maison close où travaille Violante, qui m’ont fait pensé au film l’Apollonide (que je vous conseille vraiment).

Violante est une héroïne assez banale avec une histoire (amnésie) et des objectifs (retrouver la mémoire, ainsi que le meurtrier de sa meilleure amie) assez classiques. Elle ne m’a pas vraiment transcendée, sans pour autant me taper sur les nerfs. Disons qu’elle joue son rôle de protagoniste pour nous faire découvrir ce monde sombre et mécanique. Je tiens cependant à souligner sa construction très réussie dans ses émotions et ses réactions face aux drames qui la bouleversent : on voit que le personnage a été très travaillé par l’auteure ! Si au début j’adorais découvrir le quotidien de Violante, j’ai finis par préférer les passages avec Léon et Jules, malfrats travaillant pour le réseaux de prostitution des bas-quartiers parisiens. Ils mènent également leur enquête de leur côté, et je préférais leurs péripéties à celles de Violante qui tournaient un peu en rond entre moments de doutes, conflits avec les autres filles et rendez-vous avec un client. Mon personnage préféré est Léon, car j’ai adoré son côté en demi-teinte. Certains lui ont reprochés d’être « trop gentil » pour un proxénète, mais c’est justement ce côté paternel contrastant avec son caractère un peu bourru qui m’a séduite. Mais dans l’ensemble, les personnages restent assez classiques et remplissent parfaitement leur rôle comme on les attend, sans grande surprise.

Violante croisa l’un des nombreux miroirs qui flanquaient le couloir. Deux grands yeux lui rendirent un regard terni par l’inquiétude. Son nez retroussé lui donnait l’air mutin que les clients du bordel  semblaient tellement apprécier, une touche enfantine sous ses yeux hantés par l’absence de mémoire, d’identité. Elle n’avait ni la beauté ostentatoire mais un rien classique de Livia, ni les formes généreuse de la rousse Scarlett, ni le mystère androgyne de la discrète Diane. Mais il fallait reconnaître que les traînées sombres qui soulignaient ses paupières lui conféraient un certain charme, comme une aura de défiance qui se reflétait dans ses grands yeux hantés.

J’aime beaucoup les intrigues policières, et c’est exactement ce que nous avons là, avec les méfaits d’un Jack l’Éventreur parisien s’attaquant aux prostituées et aux petits orphelins. Certains chapitres de son point de vue nous plongent dans ses virées mortelles, intriguant le lecteur sur ce mystérieux personnage. Même si certains points du mystère sont faciles à deviner pour le lecteur, l’enquête est plaisante à suivre. Et puis, il n’y a rien de mieux pour inciter à continuer la lecture.

Car mon plus gros problème avec Rouille, c’est ses longueurs. L’auteur a une très jolie plume, cependant elle s’attarde trop sur les descriptions, et des phrases trop longues se glissent dans certaines actions. L’intrigue prend du temps à se mettre en place, puis les événements à se succéder. Je pense que certaines détails étaient superflus et pèsent sur le rythme du récit. Je devais faire certaines pauses dans ma lecture, car j’avais l’impression de ne pas avancer. Il n’y a que les derniers chapitres que j’ai pu lire d’une traite, car les révélations finales arrivaient enfin, et j’allais pouvoir obtenir la résolution de toute cette intrigue !

Malgré une intrigue un peu longue, j’ai adoré l’univers construit par l’auteure que je trouve prometteuse. C’est donc avec intérêt que je suivrais ses prochaines parutions 🙂

+ Un Paris steampunk plein de charme et de mystères

+ Une jolie plume prometteuse

Un rythme inégal souffrant de descriptions répétitives et parfois inutiles.

Des personnages assez classiques dans leur rôle, ce qui les rend peu marquants.

14/20

Et vous, l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? 

7 réflexions au sujet de “Rouille de Floriane Soulas : un premier roman prometteur !”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s