Lectures

Un Palais de colère et de brume de Sarah J. Maas : pourquoi je n’ai pas du tout aimé (attention ça va crier !)

(Attention ! Article assez long en perspective !)

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour parler du tome 2 de la saga Un Palais d’épines et de roses par Sarah J. Maas. Avant de commencer votre lecture, je vous invite à lire mon avis sur le tome 1, qui aidera sûrement à comprendre mes arguments vis à vis de ce tome-ci.

Avant de commencer, voilà trois petits disclaimers :

  1. Ce roman est une suite. Si vous ne l’avez pas encore lu, sachez que je vais d’abord faire une partie sans spoiler, mais qu’elle sera malheureusement assez courte car la majorité de ce que j’ai à dire révèle une partie de l’intrigue. Si vous n’avez pas lu le tome 1, alors ne lisez surtout pas cette chronique, ou alors à vos risques et périls ! (ou alors si vous en avez rien à faire et que vous voulez me voir m’énerver (gentiment), alors soyez les bienvenus hi hi). 
  2. Comme pour le Tome 1, j’ai fait cette lecture en VO. Je ne me permettrai donc pas de parler de la qualité de la traduction française car je n’ai jamais ouvert la VF de ce roman.
  3. L’avis qui va suivre est assez négatif. Je sais que cette série, en particulier ce tome, a reçu un accueil assez triomphant (notamment sur le booktube anglophone, mais j’ai également vu pas mal d’avis dithyrambiques sur des blogs français.) Si vous êtes fans de cette série, je m’excuse par avance pour certains de mes propos qui pourraient vous paraître un peu cruels. La plupart de mes reproches sont subjectifs et ne tiennent que de mes goûts qui ne sont pas universels. Cependant, je trouve tout de même certains aspects problématiques et je voudrais en parler ici. Cet article a été difficile à écrire (j’ai terminé le roman depuis des mois, c’est pour dire le temps que ça m’a pris), mais il me semblait nécessaire. Je vais essayer de ne pas trop m’énerver.

Feyre a survécu aux griffes d’Amarantha pour revenir à la Cour du Printemps – mais à un coût élevé. Bien qu’elle ait maintenant les pouvoirs du Haut Fae, son cœur reste humain, et elle ne peut pas oublier les terribles actions qu’elle a accomplies pour sauver le peuple de Tamlin.

Feyre n’a pas non plus oublié son marché avec Rhysand, le grand seigneur de la Cour de la Nuit redoutée. Alors que Feyre navigue dans sa toile noire de la politique, de la passion et du pouvoir éblouissant, un plus grand mal se profile – et elle pourrait être la clé pour l’arrêter. Mais seulement si elle peut exploiter ses dons déchirants, guérir son âme fracturée, et décider comment elle veut façonner son avenir – et l’avenir d’un monde clivé en deux.

Titre original : A Court of Mist and Fury

Auteure : Sarah J. Maas

Éditeur : Bloomsbury (la VF est éditée chez la Martinière)

Pages : 625

Même si ce n’était pas un coup de coeur, j’avais beaucoup apprécié ma lecture du tome 1, reprochant seulement la réécriture un peu maladroite de la Belle et la Bête, et quelques maladresses dans le comportement de l’héroïne. Cependant, j’avais tout de même hâte de lire la suite car certains personnages étaient prometteurs, et la fin du tome 1 prenait un tournant que j’avais hâte de suivre. Alors, qu’ai-je pensé de ce tome 2, souvent vu comme le meilleur de la trilogie ?

Malheureusement, j’ai été beaucoup déçue.

Premières remarques (garantie sans spoilers)

J’ai été déçue par la plupart des personnages que j’avais aimés dans le tome 1 : une héroïne devenue insipide, un personnage intrigant devenu tellement parfait qu’il en perd tout intérêt, des nouveaux personnages clichés là où ceux du tome 1 avaient plus de facettes… Voilà un peu le tableau, mais je vous en parlerai plus dans la partie spoiler.

Ce que j’ai trouvé assez bof dans ce roman, c’est la construction de l’univers. Dans le tome 1, Feyre demeurait dans la Cour du Printemps de Tamlin, si bien que l’intrigue restait dans un lieu assez fermé. La Cour me semblait assez bien développée dans ses descriptions et sa culture, et les explications que nous recevions sur l’histoire du continent donnait l’eau à la bouche. J’avais besoin d’en savoir plus et je comptais sur la suite pour donner des réponses à mes questions. Car ACOMAF (j’utilise encore un acronyme pour ce tome, car plus rapide) nous fait voyager dans d’autres Cours. Son intrigue s’étale à une plus grande échelle, avec des enjeux politiques plus conséquents qui nécessitent une construction et un développement solides. C’est là que les problèmes se posent : j’ai eu beaucoup de mal avec la géographie (surtout celle de la Cour de La Nuit), par manque de précision dans la narration. Parfois, j’avais souvent du mal à comprendre où se trouvaient les personnages dans l’espace, et je remercie la carte au début pour m’avoir aidée. Je ne sais pas pour vous, mais ce n’est parce qu’il y a une carte que l’auteure doit se dispenser de toute explication. La carte devrait simplement illustrer, pas expliquer.

Qui dit construction de l’univers dit aussi construction de ses personnages-clés. Ce qui m’a le plus surprise, c’est de constater que le grand méchant n’a pas de nom ! En plus d’endosser le rôle cliché du grand méchant étant méchant juste parce qu’il le peut (quelles sont ses motivations ? on ne sait pas), il n’est jamais nommé. Il reste juste un roi rapidement évoqué dans le tome 1. Je ne sais pas, mais si tu veux faire un antagoniste épique et menaçant (ici le grand méchant de la trilogie), tu lui donnes au moins un  nom ! Et puis une description digne de lui, car dans ses apparitions (oubliables), je n’arrivais même pas à le visualiser tellement on ne sait rien de lui ! Vous imaginez Harry Potter face un méchant qui s’appellerait juste le Méchant Sorcier ? Là c’est le même genre. Voldemort est un antagoniste imposant car on connait ses motivations et son passé, et surtout son véritable nom ! Bon sang c’est tellement quelque chose d’évident quoi !

C’est ainsi que j’ai compris que Sarah J. Maas avait créé ce personnage et ce prétendu conflit juste pour avoir un maigre prétexte à son histoire, alors que la majorité de l’intrigue ne tourne pas autour de ça. Elle avait juste besoin d’un contexte de fae pour son « histoire d’amour », mais ne développe pas du tout l’univers (ce qui le décrédibilise) pour se concentrer sur les personnages. Si seulement ceux-ci étaient intéressants… Mais là, je suis obligée de passer dans la partie spoiler.

Partie spoilers ! 

Les problèmes que je viens d’évoquer ne sont pas très conséquents. En fait, j’ai construit mon avis de façon graduelle : mon avis négatif se développe dans l’ordre croissant, des remarques un peu négatives jusqu’aux éléments qui m’ont fait arracher mes cheveux.

Parlons-donc des personnages. Avant de parler du trio du premier tome, j’ai nommé Feyre, Tamlin et Rhysand, je vais m’intéresser aux personnages secondaires, j’ai nommé les membres de la Cour de la Nuit. (Ils sont appelés Inner Circle en VO, mais je n’ai aucune idée de la version français ???). Ce cercle est composée de Morrigan (alias Mor), la cousine et bras droit de Rhysand ; de Cassian et Azriel, les compagnons de Rhys ; et d’Amren, une sorte de démon millénaire prenant la forme d’une fae. Disons que ce cercle d’amis était assez prometteur, mais le rendu a été très bof pour moi. Là où un personnage secondaire comme Lucien était intéressant dans le tome 1 par son caractère insondable et sa complexité, les membres de l’Inner Circle m’ont tous paru assez clichés dans leur caractère. Alors, faisons la liste : la femme confidente, très féminine et amie avec l’héroïne juste parce qu’elle est l’héroïne et non parce qu’elles ont des intérêts communs ? Check ! Je vous présente Mor, un personnage ayant du potentiel, mais reléguée au rôle de plante verte sauf quand il faut secourir cette gourde de Feyre. Le garçon mystérieux, silencieux et peu amical, ce qui le rend séduisant ? Check, je vous présente Azriel, l’espion de Rhys qu’on ne voit jamais espionner ! Le type muclé, sympa et dragueur ? Check, voilà Cassian dont je ne comprends toujours pas le véritable intérêt dans cette histoire ! Seule Amren est intéressante, mais comme elle n’est pas du tout explorée dans ce tome, je ne sais pas trop quoi vous dire sur elle. Alors certes, Sarah J. Maas essaye de leur donner un passé, mais comme celui-ci n’a pas beaucoup de répercussions sur leur présent et ne donne pas d’intérêt supplémentaire aux personnages, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à eux (sauf peut-être à Mor qui a du potentiel). Et puis les relations de l’Inner Circle font assez artificielles. L’auteure veut nous faire avaler de force qu’ils sont le groupe d’amis parfait, alors qu’en réalité on ne ressent pas de véritable amitié entre eux. Cela reste juste en surface : ce sont juste des gens « cools » se lançant des répliques « cools », comme si l’auteure faisait vraiment tout pour que nous les aimions (un problème récurrent comme vous le verrez par la suite). Si vous voulez voir une bonne dynamique de groupe, complexe, intéressante et crédible, lisez Six of Crows de Leigh Bardugo.

Maintenant, je passe au plus croustillant : la résolution du semi triangle amoureux entre Feyre, Tamlin et Rhysand, évoqué dans le tome 1. On se doutait depuis la première apparition de Rhys, décrit par Feyre comme « le plus bel homme qu’elle n’avait jamais vu« , qu’il allait mettre son grain de sel dans l’histoire d’amour entre Feyre et Tamlin. Oui, mais si je m’attendais à la direction que l’auteure a prise ! On comprend rapidement que Rhysand est son favori et que c’est avec lui que Feyre va finir. Et comment fait-elle pour expliquer pourquoi Feyre va passer des bras de l’un pour ceux de l’autre ? Et bien, en détruisant complètement le personnage de Tamlin bien sûr ! Pour être franche, je n’ai jamais été véritablement attachée à Tamlin dans le tome 1, il faisait juste son boulot de love interest. Mais là, j’avais réellement l’impression que c’était un personnage totalement différent, je ne le reconnaissais plus. Alors certes, le twist est assez réussi, mais niveau consistance des personnages, on en reparlera. Donc comme Tamlin devient abusif envers Feyre, elle se détourne de lui et finira dans les bras de Rhysand (retenez bien l’idée du copain abusif, car c’est assez ironique). L’idée en elle-même peut-être intéressante, c’est la façon dont elle est mise en oeuvre qui me semble assez paresseuse. Imaginez deux colonnes de la même taille : une représente Tamlin, l’autre Rhysand. Pour que la colonne Rhys soit plus imposante, il serait logique de la décorer et de l’élever davantage, de la construire quoi. Mais non, pour que la colonne Rhysand soit la plus grande, l’auteure choisit de détruire complètement celle de Tamlin, si bien que seul Rhysand reste à la fin. Pardonnez-moi cette comparaison un peu bizarre, mais ce que je veux dire c’est que pour rendre un personnage meilleur, il faut l’améliorer lui, et non détruire les autres persos autour pour que Rhysand paraisse bien en comparaison de toutes ces ruines.

Donc bye bye Tamlin (que j’ai rapidement oublié, déso mon vieux), et parlons un peu plus de Rhyyyyyyyyyysand, alias le mec sur qui tout le monde semble fantasmer, ce que je ne comprends toujours pas. Pourtant rappelez-vous, je l’avais adoré dans le tome 1, je trouvais même que c’était un des personnages, voire même le personnage le plus intéressant. Pourquoi ? Parce qu’il était complexe et imprévisible. On ne savait jamais quel était son camp, s’il allait aider ou trahir nos héros. C’était un méchant parfait, et un potentiel anti-héros intéressant pour ce tome 2. Hélas, lui aussi a été entièrement transformé par Sarah J. Maas. Fini le personnage assez gris, il devient tout blanc ! Mais genre blanc comme neige quoi, du genre : Rhysand est tellement beau, Rhysand est tellement gentil, Rhysand est tellement fort, Rhysand n’a jamais fait de mal à personne, Rhysand a un passé douloureux, Rhysand est un leader parfait… Parfait, oui c’est le mot pour le décrire. Tellement parfait que ça en devient indigeste.

giphy

Dans ce tome, Rhysand n’a plus aucun défaut, il devient trop lisse et tout ce qui faisait son intérêt dans le tome 1 disparaît. Personnellement, me dire qu’un personnage est sexy et fort ne suffit pas pour me faire l’aimer. C’est que ce fait constamment l’auteur, comme si elle nous forçait à avaler la perfection de Rhysand. Vous connaissez la règle d’écriture : ne racontez pas, mais montrez ? (show, don’t tell) On peut dire que Maas ne la connait pas : on nous dit tout le temps que Rhysand est le plus fort de tous les souverains ayant jamais existé, mais pourquoi ? Son père n’était pas exceptionnellement fort, sa mère n’était même pas une fae, alors pourquoi il est plus fort que tout le monde ? (à part pour qu’il soit désirable aux yeux des lecteurs ?) On nous dit qu’il est un bon leader, mais on le voit jamais à l’action ? Montez moi qu’il est bienveillant avec son peuple, montrez moi à quel point il sait gouverner ! La narration répète qu’il est parfait mais aucune de ses actions ne le prouve. S’il est aussi riche et puissant, pourquoi n’aide-t-il pas ceux dans le besoin ? S’il est soi-disant « féministe », pourquoi n’utilise pas son pouvoir pour sauver les femmes torturées dans les camps Illyriens ? Les seules femmes qu’il aide sont Feyre et Mor, seulement parce qu’il a un intérêt personnel !

tenor

Une partie en particulier m’a fait rire (de dépit). On voit bien que l’auteure fantasme un peu sur le côté bad boy de Rhysand. Alors elle se demande : comment faire pour qu’il soit cruel et ténébreux tout en passant pour le mec parfait et pas du tout abusif ? Et ba en fait, lorsqu’il est cruel c’est un rôle qu’il joue devant les membres de sa Cour ! Seuls Feyre et l’Inner Circle savent que derrière ce masque se cache un Rhysand gentil et torturé. Mais là vous allez me demander : pourquoi ne peut-il pas paraître comme un leader gentil devant sa Cour, si c’est ce qu’il est vraiment ? Qu’est-ce qui l’oblige à se faire passer pour un tyran ? Bah justement, rien ne l’oblige, on ne sait pas pourquoi il fait ça (enfin si on sait, c’est juste un prétexte de l’auteure pour justifier la scène où il fait passer Feyre pour son esclave sexuelle et est à deux doigts (littéralement, désolée mdr) de lui faire l’amour devant toute sa Cour).

txpj

Ce qui est complètement débile, car plus tard lorsque Rhys a besoin d’alliés, personne ne veut l’aider car ils le prennent tous pour un tyran. Du coup, il est dans de beaux draps et doit gérer une situation dans laquelle il s’est lui même fourré ! BON SANG, SI TU AVAIS AGIS COMME UN BON LEADER DES LE DEBUT, TU N’AURAIS PAS BESOIN DE PROUVER A TOUT LE MONDE QUE TU N’ES PAS UN TYRAN ! DU COUP TOUTE L’INTRIGUE SE COMPLIQUE ET C’EST A CAUSE DE CETTE RAISON DEBILE QUE TU DOIS ALLER VOLER UNE BOULE MAGIQUE POUR PROUVER QUE TU NE MENS PAS ET APRES TU TE FAIS TRAHIR A CAUSE DE CA ! BON SANG C’EST LE PRETEXTE LE PLUS DEBILE QUE J’AI JAMAIS LU TOUT CA POUR AVOIR UNE SCENE DE FESSE MALAISANTE DEVANT DES CENTAINES DE PERSONNES AVDMKJH5VBIOEEPDLKJGVH<¨%DOLFKJOmk !!!!!! désolée je me calme.

Bon, pour me détendre, si je parlais d’un personnage qui ne m’énerve pas du tout, j’ai nommé notre chère Feyre ? (rire nerveux puissance 10). Certes, elle n’était pas toujours futée dans le tome 1, mais elle avait le mérite d’être crédible car elle n’était pas parfaite : un peu naïve, un peu tête brûlée, mais courageuse et volontaire. Maintenant qu’elle est devenue une fae, toutes les faiblesses dues à son humanité ont disparues. Bienvenue à notre petite Miss Parfaite ! (je vomis). Non, sérieusement, elle est devenue une véritable Mary-Sue (voir la définition wikipedia). Elle est devenue la plus belle, elle n’échoue jamais, elle est hyper puissante, elle a toujours raison et tout le monde l’aime (même les gens qui ne la connaissent même pas).

20140928202001-f86ff2dd

(Feyre, probablement)

Vous vous souvenez quand je vous parlais du problème de construction de l’univers ? Je vais rajouter une couche en vous parlant du système magique qui n’est jamais expliqué. Impossible de savoir comment ça marche, l’auteure met juste des pouvoirs stylés aux personnes qu’elle veut avantager pour que ce soit coooooooool ! Comme Rhysand le plus fort sans qu’on sache pourquoi, Feyre devient son équivalent féminin. Fini l’héroïne qui doit progresser au fil des tomes pour gagner en puissance, s’entraîner longuement pour avoir de l’expérience ! Non Feyre obtient ses pouvoirs en cadeau, mais genre tous les pouvoirs existants ! Et la liste est longue : manipulation du feu, de l’eau, de la glace,  de l’air, de la lumière, des ombres, guérison, téléportation, télépathie, capacité de se transformer, de voler et de créer des illusions. Bref, elle peut tout faire, elle est hyper puissante sans jamais s’entraîner dur. Mais le pire, tout ce qui l’a rend spéciale et parfaite ne vient pas d’elle, mais lui a été donné. Elle a tous ces pouvoirs car les autres fae lui ont donné. Elle devient High Lady de la Cour de la Nuit simplement car elle est la copine de Rhysand. Dans le cas contraire, elle ne le serait pas devenu, et d’ailleurs elle ne le mérite pas puisqu’elle est incapable de gouverner et n’aime pas le faire lorsqu’il le faut. Tout ce qu’elle est lui a été donné par des hommes, elle n’accomplit jamais rien toute seule. Waouh, quelle héroïne féministe !

Car Feyre dans ce tome ne fait rien par elle-même. Lorsqu’elle agit c’est pour Rhysand ou parce que Rhysand lui a dit de le faire. Sinon, son point de vue ne sert qu’à nous dire à quel point Rhysand est beau, fort, parfait, bref vous avez compris la chanson. Elle est devenue un personnage complètement creux, une caméra pour filmer la « perfection » de Rhysand. Voilà le premier point pourquoi je n’aime ce couple. Feyre ne sert qu’à lui lécher les fesses. Mais les véritables raisons pourquoi je n’aime pas cette histoire d’amour (ou plutôt de sexe, car je ne vois pas quand Feyre tombe amoureuse, du jour au lendemain elle accepte de juste se faire **** dans un lit une nuit avec lui) sont parce que cette relation est assez problématique. Cette fois, ce n’est pas parce que ce ne sont pas mes goûts, c’est plus des comportements inacceptables qui ne devraient pas passer pour de la romance.

Déjà, le principe de mating bond (comment traduire ça en français ?). Je n’ai jamais aimé ce principe d’âmes sœurs comme quoi deux personnes sont nées pour être ensemble. Je préfère justement quand deux personnes qui ne sont pas faites pour être ensemble tombent amoureux et bravent tous les défis pour s’aimer. Alors qu’avec cette idée de mating bond, tu sais déjà que Feyre et Rhys finiront ensemble quoi qu’ils arrivent car « le destin le veut » ou un truc comme ça. Il n’y a donc aucun suspens dans leur relation, et c’est juste un prétexte pour dire qu’ils sont en couple alors qu’il n’y a pas d’alchimie entre eux. Et puis dans l’univers d’ACOTAR, le mating bond a un côté très bestial qui me rend mal à l’aise. Il est expliqué qu’il existe pour l’accouplement, et se met en place quand la femelle cuisine pour son mâle (male et female sont vraiment les mots utilisés dans la VO). Donc super pour la place de la femme qui est assez primitive dans ce concept de couple (allez retourne en cuisine Feyre !). Le mating bond semble passé pour le véritable amour, plus puissant que tout, entre un homme et une femme, car basé sur la reproduction. Donc une personne homosexuelle ne peut pas avoir d’âme sœur ? Les relations gay ne seraient-elles pas considérées comme du véritable amour dans cet univers ? Je ne sais pas vous, mais ça me parait limite niveau tolérance….

Passons maintenant au problème de Rhysand comme love interest de Feyre. J’ai toujours considéré qu’être « sexy/séduisant/avoir un passé difficile » n’excuse pas les horreurs commises. Voilà pourquoi je déteste les couples où le personnage masculin commet des choses horribles et tout le monde lui pardonne parce qu’il est beau (coucou Kylo Ren ! Désolée, mais je ne comprends pas comment des gens souhaitent le voir en couple avec Rey alors qu’il l’a torturée et a essayé de la tuer!). C’est exactement ça avec Rhysand. Peut-être que j’accepterais plus le fait qu’il finisse avec Feyre s’il n’avait pas commis toutes ces horreurs dans le tome 1 : torture pour obtenir d’elle ce qu’elle veut (la pauvre fille a une fracture ouverte et le mec lui tord son os quoi ! allô ????), la droguer, la toucher sans son consentement jusqu’à l’assaut sexuel, … Bon sang, il a même avoué que si Tamlin n’avait pas été si dangereux, rien ne l’aurait empêcher de coucher avec elle ! Elle n’était pas amoureuse de lui, elle n’était pas consente, et lui dit dit tranquillement qu’il aurait bien aimer la violer ! Aaaaaah ! Tout ça me donne envie de vomir !

Et c’est quoi son excuse dans le tome 2 ? Il a toujours aimé, et s’il a fait ça toutes ces horreurs c’était à contre coeur car il voulait juste la protéger ! Pauvre chou ! Déjà, je suis sûre que tu n’étais pas obligé de lui mal autant mal physiquement ni de la tripoter partout après l’avoir droguée (pour qu’elle oublie) et l’avoir mis à moitié à poil devant tout le monde ! Quelle que soit les raisons (qui sont assez ridicules ici), rien n’excuse un tel comportement !

tenor1

(remplacer still murder par still sexuel assault)

Et puis j’aime bien l’hypocrisie de l’auteur. Tamlin lui fait du mal car il l’aime (il l’empêche de sortir pour qu’elle soit en sécurité) et c’est considéré comme ignoble. Rhysand lui fait du mal car il l’aime (la torture, essaye presque de la violer), mais c’est excusable. Pourquoi ? Parce que l’auteur l’a dit. Je n’excuse pas Tamlin. Je dis juste que lui et Rhysand sont tous les deux abusifs et leur comportement est à vomir. Et puis pas besoin de dire que Rhys laisse plus de choix à Feyre, car il la manipule quand même pour qu’elle aille récupérer un objet chez un monstre dont elle ne sait rien. Elle manque de se faire tuer, et on apprend après que ce n’était qu’une épreuve pour voir si elle était digne d’être avec Rhysand. MDR quoi ???? Et si elle s’était fait tuée, il se serait dit ooooooups, il faut que j’en trouve une autre ?

Moral de l’histoire : ce n’est parce que le garçon est beau ou le « fait pour le bien de la fille » que cela excuse la violence de ses actions. Bon sang, pour avoir eu une amie dans une relation assez abusive qui a failli la détruire, ça me tue de voir une relation comme ça dans des romans lus par des filles assez jeunes. Ce n’est pas romantique !

Désolée de m’être énervée, mais il fallait que ça sorte. J’ai été extrêmement déçue par ce roman et le voir autant adulé malgré ses aspects problématiques me fait froid dans le dos. J’espère ne pas avoir blessé les gens ayant aimé ce roman, et si c’est le cas je m’en excuse. Je reste à l’écoute de vos arguments et je vous invite à débattre dans les commentaires.

Sur ce, je vous dit à bientôt pour des chroniques beaucoup moins négatives !(je vous le promets)

Publicité

13 réflexions au sujet de “Un Palais de colère et de brume de Sarah J. Maas : pourquoi je n’ai pas du tout aimé (attention ça va crier !)”

  1. Hello !
    J’avoue avoir été intriguée par ton avis, parce que oui il faut le reconnaître, il n’y a pas beaucoup d’avis négatifs sur ACOMAF …
    J’entends très bien toute ton argumentation et je te dis bravo pour cet article car tu as du mettre un temps fou pour l’écrire.
    ACOMAF a été un gros coup de cœur pour moi mais je reconnais que l’autrice ne nous laisse pas beaucoup le choix.
    Tamlin méchant bouh pas bien !
    Rhysand le beau goss torturé mais finalement parfait.
    J’aurais aimé un peu plus de nuance même si mon petit cœur a complètement craqué pour Rhysand.
    Quant au Grand Méchant, j’espère effectivement que l’on en apprendra un peu plus dans le troisième tome parce que pour l’instant c’est carrément flou …
    🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Coucou ! Déjà merci d’avoir pris le temps de lire cet article 🙂
      En fait je pense que la principale source de ma déception est ma frustration par rapport au premier tome que j’avais assez aimé. C’est comme si l’auteure ne développait plus ou même détruisait tout ce qui m’avait plu dans le tome 1. Par l’exemple je comprenais pas le retournement de situation par rapport à Tamlin car du coup j’avais l’impression que tout le tome 1 et surtout les épreuves de Feyre n’avaient mené à rien.
      Pour Rhysand j’ai l’impression qu’elle n’assume pas sa caractérisation dans le tome 1. Soit il aurait dû rester méchant ou alors anti héros ( à la manière de Kaz dans Six of Crows si tu connais, c’est le personnage principal plein de charisme mais ça reste une belle enflure faisant des choses peu défendables. Cependant ni la narration ni les personnages ne veulent nous faire croire qu’il est parfait, c’est pourquoi je le trouve plus intéressant que Rhys), ou alors elle aurait dû préparer davantage son histoire d’amour dans le tome 1 avec Feyre. Les choses qui lui a faites sous la montagne sont le vrai point noir pour moi. Si elles n’avaient pas eu lieu je pense que j’aurai davantage supporté ce couple. Leur relation aurait mérité davantage de suspens aussi, car dès que Tamlin se fait dégagé on se doute tout de suite qu’elle va finir avec Rhys. C’est tellement forcé par l’auteure que ça m’intéressait plus ^^’

      Concernant le tome 3, j’ai peur que tu sois déçue concernant le méchant…. Ce tome n’a pas sauvé la série pour moi car j’ai trouvé des personnages encore plus énervants, des contradictions par rapport aux tomes précédents et un traitement peu sympa de la communauté LGBT. J’avais beaucoup hésité à lui donner une chance, et j’ai fini par l’abandonner ^^’

      Aimé par 1 personne

      1. Je connais Six of crows et j’ai effectivement adoré le personnage de Kaz car comme tu le dis, il reste fidèle à son caractère et a sa manière d’être jusqu’à la fin.
        Il y a eu beaucoup de temps entre ma lecture d’Un Palais d’épines et Un Palais de colère, donc je ne me souvenais pas que Rhys était si horrible dans le premier …
        J’espère que je vais aimer le troisième tome alors, vu ce que tu m’en dis. Je suis étonnée par rapport au sujet LGBT.

        Aimé par 1 personne

      2. Si tu as aimé ACOMAF je pense que tu aimeras aussi le tome 3 car il reste dans la même lignée. J’espère ne pas t’avoir fait trop peur ^^’ en fait je me concentre sur mes déceptions car j’en attendais beaucoup, mais ça reste subjectif donc si cela ne t’a pas dérangée dans le tome 2 cela sera sûrement pareil dans le tome 3 🙂
        Concernant le côté LGBT, c’est pas abject mais plutôt mal géré. Sans spoiler j’ai trouvé peu appréciable que des personnes soient décrites comme n’ayant pas d’âme parce qu’elles sont asexuelles, ou alors que des personnages bisexuels soient réduits au cliché de la personne qui couche avec tout le monde et fait que des plans à trois. Ce sont que des détails en arrière plan, mais ça m’a fait tiquer. Il y a aussi un coming out très maladroit car pas du tout amené et la situation est assez blessante pour le personnage gay car il est forcé à le faire, et la narration prend en pitié les sentiments des persos hétéros et rejette les siens (du genre pauvre X il est amoureux de Z mais ce n’est pas réciproque car Z est gay. Z est fautif de ne pas lui avoir fait comprendre, même si ça fait des années qu’il rejette X…)
        Après je reconnais tout de même les tentatives de l’auteur d’inclure des personnages LGBT dans un genre où ils sont encore assez rares. Je trouve juste dommage que le seul personnage gay « officiel » ne soit pas épanoui dans sa sexualité et en souffre (plusieurs scènes m’ont mise mal à l’aise). Rien n’empêchait l’auteur de lui écrire un arc narratif heureux, mais elle préfère utiliser le perso gay pour qu’on est pitié du pauvre mec hétéro. Ce n’est pas la faute du perso s’il est gay, donc qu’on ne lui reproche pas de ne pas aimer quelqu’un du sexe opposé, il ne lui doit rien.

        (Désolée pour le pavé ^^’)

        Aimé par 1 personne

      3. Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, c’est vrai que le traitement à l’air maladroit. A l’inverse dans Six of crows j’avais adoré le couple homo 🙂
        Ce « genre » de sexualité est effectivement peu abordé dans la fantasy et c’est assez dommage …

        Aimé par 1 personne

  2. J’avoue quand j’ai vu le titre de l’article j’ai eu un petit sourire sadique XD Bon bah voilà, qui a dit qu’il fallait que je lise la suite de la saga hein, quand je peux lire des avis comme le tien uhuhuh. Ta chronique est absolument géniale, ça me donne tellement pas envie d’y lire mais je rigole bien ! En plus c’est hyper intéressant, vachement bien argumenté et ça m’en apprend beaucoup ! Merci ! (nan mais déso mais Kylo Ren il est même pas beau !)
    Kin

    Aimé par 1 personne

    1. Contente que mon article t’ait fait rire x)
      En vrai ce livre m’a trop frustrée. Limite je préfère la Feyre du premier tome car même si elle était cruche au moins elle agissait plus que dans ce tome là xD
      (Sinon on est d’accord, je vois pas ce que les gens lui trouvent à Kylo Ren )

      Aimé par 1 personne

  3. Coucouuuuuuuuuu ! Je viens voir ton article bien après sa sortie car j’ai vu un début de ton avis sur babelio et il fallait que je te dise que j’ai aussi détesté ce roman ! J’en fais une chronique bientôt mais je suis d’accord avec toi en tout point olala, c’est rassurant de trouver un avis négatif dessus car dans la communauté française c’est assez rare . Et j’ai trouvé aussi le comportement de Rhysand super problématique, il n’arrête pas de montrer que le sexe révèle les instincts primitifs des mâles Fae et que du coup c’est normal s’il est dangereux au lit ? Enfin ce n’est qu’un problème parmi tant d’autres et je pourrais en parler pendant des heures malheureusement …

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou et bienvenue au club ! 😂 je suis contente de voir ton avis, je me sens moins seule hihi c’est vrai que je n’ai jamais vu d’avis négatif dans la communauté française, mais j’en ai déjà vu sur le booktune anglophone. Y a aussi une communauté anglophone sur Tumblr (sous le tag #anti sjm ) qui dénonce tous les aspects problématiques de ces livres (sexisme, racisme, plagiat, horrible traitement de la communauté lgbt…). C’est comme ça que j’ai découvert que son autre série Throne of glass avait les mêmes problèmes donc ça m’a évité une autre déception x)
      Oui j’aime pas du tout le comportement des Fae on dirait des animaux et je trouve pas ça romantique. Pour moi Rhysand restera toujours le mec qui a torturé Feyre et a essayer de la violer. Et puis il a plus de 500 ans alors que Feyre n’a que 18 ans (ce qui correspond à l’âge d’un bébé chez les fae) donc ça me met mal à l’aise :/
      Moi aussi je pourrais en parler pendant des heures 😅 en tout cas j’ai hâte de lire ton article 😉

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s