Lectures

Retour sur une trilogie : Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de l’une de mes trilogies préférées : Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel. Il y a deux ans déjà, je vous parlais de premier tome. Après ma relecture de la trilogie pour l’appel à texte de l’auteur, je reviens donc vers vous pour vous parler de cette saga dans son ensemble et l’amour que j’ai pour elle.

Paris des Merveilles

On parle de la beauté de ces couvertures ? 

L’univers

Ce qui m’a d’abord séduite dans cette trilogie, c’est son univers. Revenons quelques années en arrière. Faisant mes débuts sur la blogosphère littéraire, je tombe sur ces magnifiques couvertures signées Xavier Collette. Tout de suite, j’ai le coup de foudre. Elles me font pensé à l’Art Nouveau, une période que j’adore, plus particulièrement les sublimes affiches d’Alfons Musha. Je regarde donc le résumé et bingo ! C’est exactement ça. L’action se déroule dans le Paris de la Belle Epoque, mais pas que… Car l’univers du Paris des Merveilles a sa particularité…

En effet, il existe un passage entre notre Terre et l’Outremonde, la dimension des fées, dragons, elfes et autres créatures de légende. Une fois ce passage révélé au grand jour, les merveilles ont commencé à teinter Paris et ses alentours. Notre bonne vieille capitale se retrouve donc peuplée de magiciens gentlemen, d’enchanteresses cambrioleuses, de sirènes dans la Seine et d’arbres parlants ! Pour moi, cette série était le mariage parfait entre deux de mes passions : la Belle Epoque et le Merveilleux.

Les personnages

A travers cette trilogie, nous suivons les destins croisés de Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage émérite du Cercle Cyan, et la baronne Isabel de Saint-Gil, une belle aventurière douée pour s’attirer les ennuis. Tous deux forment un couple haut en couleurs qui se retrouvera plongé dans des intrigues mêlant complots politiques, vengeance, amours et, bien sûr, magie. Parmi leurs compagnons, nous retrouvons un brave inspecteur de police, un vieux diplomate passionné par l’Outremonde, les fidèles hommes de main de la baronne et, le meilleur pour la fin, Azincourt, le chat-ailé de Griffont doté de la parole et aussi snob qu’un Lord anglais.

Ce que j’adore dans cette série, c’est le mélange entre l’imaginaire et l’historique. Pierre Pevel adore introduire quelques clins d’œil. Au fil de ses pages, vous rencontrerez donc des personnages bien connus de la littérature et de l’histoire. Je préfère ne pas vous en dire plus pour préserver votre surprise, mais disons que certains artistes bien connus sont en réalité… des mages.

La plume de l’auteur

Pour son histoire, Pierre Pevel adopte la plume des romans feuilletons si populaires à l’époque. Attendez-vous donc à des aventures rocambolesques, pleines de péripéties et de rebondissements, de secrets et de complots, et une bonne dose d’humour en bonus ! Tous ces éléments font de ces romans de véritables page-turner.

Mais en plus d’être un voyage au pays des fées, le Paris des Merveilles est un bond en arrière dans l’Histoire. Dès qu’il en a l’occasion, l’auteur arrive à marier les coutumes de l’époque avec celles de l’Outremonde dans une parfaite osmose. Ici et là, Pierre Pevel nous glisse quelques passages explicatifs sur les lieux les plus emblématiques de Paris. Le lecteur devient alors touriste de cette ville enchanteresse, pour le plus grand plaisir de son imagination.

Et vous connaissez-vous cette trilogie ? Qu’en pensez-vous ? 

7 réflexions au sujet de “Retour sur une trilogie : Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s