Découvertes, Ecriture, Interview d'auteur

Rencontre avec une autrice : Alice Sola

Bonjour tout le monde ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle interview d’auteur. Aujourd’hui, nous accueillons la douce et talentueuse Alice Sola dont le dernier roman en date, Les Dragons de l’Impératrice, est sorti chez Magic Mirror Editions le 16 mars dernier.

Bonjour Alice ! Je te remercie de m’accorder cette interview 🙂

Merci à toi Nina !

Et si on commençait par parler un peu de toi ?

Quel est ton parcours professionnel ? 

J’ai commencé à m’épanouir vraiment dans la création en rentrant en horaires aménagées pour des études de danse classique. C’était une scolarité avec beaucoup de défis, mais cela m’a permis de voir que l’on peut concilier beaucoup de choses avec une bonne organisation.

Discutons un peu de tes goûts littéraires : as-tu un genre préféré ? Un genre qui n’est pas du tout ta tasse de thé ?

Je fonctionne complètement au coup de cœur, donc mes genres de lecture varient beaucoup, mais disons que j’ai un faible pour le genre fantastique / fantasy. Ce que je n’aime pas en revanche, ce sont les livres « extrêmes »,  trop violents, etc.

Si tu devais n’en choisir qu’un seul livre, lequel serait-ce ? Un seul auteur ? Un seul personnage ?

Ouf, tu es dure en affaires ! Disons Harry Potter et la Chambre des secrets. Un seul auteur, tu m’en demande trop 😉 ! Un seul personnage, ce serait Percy Jackson, parce qu’il me fait beaucoup rire.

Sur ce blog, j’adore faire découvrir de nouvelles merveilles à mes lecteurs. As-tu un dernier coup de cœur à nous conseiller (livre, film, série…) ?

Rien de nouveau mais j’ai revu il n’y a pas longtemps les Sherlock Holmes de Guy Ritchie, et je les trouve toujours aussi excellents.

Tu as déjà publié deux romans chez Magic Mirror Editions, éditeur spécialisé dans les réécritures de contes : Le Lac des Cygnes et Les Dragons de l’Impératrice, réécriture mêlant Mulan et Turandot. Et si nous découvrions les contes qui ont fait de toi celle que tu es aujourd’hui?

Quelle histoire te faisait peur quand tu étais petite ?

Le Joueur de flûte de Hamelin ! Cet homme qui contrôle aussi bien les rats que les enfants me faisait froid dans le dos.

Une histoire qui te faisait rêver ?

Rapunzel ! Parce que l’histoire de la jeune Raiponce coincée dans sa tour m’a toujours fascinée.

Quelle est ta réécriture de conte préférée ?

Il y en a trop, ne serait-ce que chez mes collègues de Magic Mirror. Je vais prendre la dernière en date : Un palais d’épines et de roses, de Sarah J. Maas. Mélanger l’univers de La Belle et la Bête, et celui des « faes » est une excellente idée.

Es-tu fan des Disney ? Lequel est ton préféré ?

Mulan, bien sûr 😉

Tout le monde aborde l’écriture d’une manière différente. Quand je rencontre une collègue autrice, je m’intéresse toujours à sa manière de faire.

Quel est ton rapport à l’écriture ? Es-tu tombée dans la marmite quand tu étais petite ou cela t’est-il venu plus tardivement ?

Un peu des deux. Ça m’a toujours démangée, mais disons qu’avec le ballet qui est mon métier, je n’ai jamais vraiment eu le temps de tester. Puis à la fin de l’adolescence je suis malheureusement passée par la case « maladie », et il a vite fallu que j’occupe ces nombreux mois alités.

Quel type d’autrice es-tu ? L’architecte qui planifie tout à l’avance ou la jardinière qui se laisse porter et surprendre par son histoire ?

En général, l’architecte avec de nombreux plans, fiches, documents de recherche, etc… Mais des fois j’aime me laisser porter au hasard des histoires.

Quel processus dans l’écriture d’un roman te plait le plus ? Au contraire, qu’apprécies-tu le moins ?

J’adore les moments « créatifs », où les mots suivent aussi vite que les idées, et au contraire, je m’agace facilement de ces passages où ce que vous avez calculé ne s’imbrique pas correctement.

Quelle est ta plus grande fierté en tant que romancière ?

Tout bêtement d’avoir réussi à écrire dans des conditions de santé très difficiles.

As-tu des conseils à donner aux écrivains débutants ?

Je ne sais pas si j’en suis au stade de donner des conseils, mais ce serait de ne jamais craindre d’écrire, même si le résultat nous paraît désastreux ou décevant. C’est souvent comme ça que commencent les belles choses.

La princesse Turandot était maudite. Elle était née avec un démon dans la tête.

Au cœur de la cité impériale, entre les paravents, les ombrelles et les coiffes des nobles dames, rôde un murmure, prémisse d’une terreur sans nom. La Princesse Turandot cache le monstre qui l’habite dans le sang et la cruauté tandis que l’empereur, son père, détourne le regard. Dans l’ombre, l’avènement du démon approche.

Les chemins de trois héros vont s’entremêler et croiser celui de la Princesse Cruelle. Destinée, chance ou malédiction ?

Hua Mulan, qui dissimule sa féminité depuis des années, le Général de guerre Shen et Calaf, le prince déchu, devront chercher ce qu’on ne peut trouver pour tenter de délivrer l’héritière et le peuple. Mais l’empire, coupable et corrompu, peut-il seulement être sauvé ?

Ton dernier roman, Les Dragons de l’Impératrice, est sorti en mars dernier. Si tu devais choisir 3 mots pour le décrire, que dirais-tu ?

Dépaysant. Épique. Hanté.

Je considère les personnages comme l’ingrédient essentiel pour un roman réussi. Peux-tu nous parler de ceux des Dragons de l’Impératrice ? Lequel as-tu préféré écrire ?

Ce cher Xiao ! Le « dragon de compagnie » de Mulan s’est complètement invité dans mon histoire, et a pris une place très importante. J’en arrivais à attendre ses moments avec grande impatience. À côté, nous avons Shen et Mulan, le duo vaillant du roman. Mulan est bien entendu la célèbre guerrière qui s’est travestie pour sauver sa famille, mais elle est aussi un être humain capable de voir phénomènes et créatures surnaturels, et en conçoit une grande responsabilité. Sous cette apanage de talents, elle peine parfois à se retrouver. Shen, lui, est son frère d’arme, et la soutient autant qu’il peut, mais il commence à douter de cet empire surpuissant malgré son sens du devoir chevillé au corps. En pendant nous avons la princesse Turandot et son prétendant Calaf. C’est aussi un duo très intéressant, car ils sont en apparence diamétralement opposés : Calaf a vécu l’assassinat de sa famille et la persécution des bouddhistes réveille comme un écho en lui. Turandot pour sa part, est une fille de l’empereur qui fait ce qui lui chante, elle fait voler les têtes avec une cruauté glaciale. C’est le pouvoir de compassion et la gentillesse de Calaf qui vont mener la princesse à révéler ce qu’elle a toujours caché. C’est grâce à cela qui vont unir leurs forces contre le démon qui est dans sa tête.

Tu as fourni un travail de recherche colossal pour donner vie à cette Chine de légende. Comment cela s’est-il déroulé ? La tâche t’a-t-elle paru difficile ?

Il a fallu vraiment beaucoup d’organisation pour ne pas être engloutie sous les informations. La culture chinoise est d’une richesse incroyable ! Cela fait longtemps que je suis intéressée par le Feng Shui, donc je m’y retrouvais dans cet aspect-là ainsi que dans la mythologie. Mais quand j’ai commencé les recherches historiques, je l’avoue, j’ai un peu stressé !

Se procurer Les Dragons de l’Impératrice

Dans Le Lac des Cygnes, ta précédente publication chez Magic Mirror, nous trouvions déjà la figure de la princesse victime d’une terrible malédiction. Mais à chaque fois, tu parviens à dépasser le cliché de la demoiselle en détresse. Pour toi, qu’est-ce qu’un bon personnage féminin ?

Une personne qui se prend en charge ! Effectivement, le cliché de la demoiselle en détresse me fatigue, parce que c’est résumer un personnage à quelque chose de très réduit, alors qu’il y a tant de façon de résister, de lutter ou d’exister. Des fois c’est infime, mais c’est quand même présent. J’aime les personnages féminins dont on voit plusieurs facettes, mais qui restent fidèles à eux-mêmes.

Se procurer Le Lac des Cygnes

Tu as choisi de retourner dans cet univers avec ton roman Lohengrin, Le Chevalier au Cygne. Cette fois, tu t’attaches au personnage d’Odile, le « double maléfique » d’Odette dans le ballet d’origine. Pourquoi ce choix ? Que voulais-tu apporter ?

Je souhaitais que l’on en apprenne plus au sujet d’Odile. Le Lac des Cygnes est par essence son histoire, mais qu’en est-il du Cygne Noir ? C’est un personnage fascinant, mais on sait si peu de choses d’elle. Je me suis dit qu’il était temps d’y remédier.

Se procurer Lohengrin, Le Chevalier au Cygne

Ta première trilogie publiée, Aeternam, traite du mythe du vampire. Comment as-tu choisi d’aborder cette figure mythique ?

J’ai tenu à conserver l’ambiance ancienne et mystérieuse qui allait de pair avec les Dracula de Bram Stocker ou La dame pâle d’Alexandre Dumas. Vieux château en pierre, rois des vampires, décors gothiques et fantastiques… Pour équilibrer, je voulais aussi une héroïne forte et combattante dont on voit l’évolution – une apprentie chasseuse d’éternels -, et des vampires logiques et modernes, magnifiques et sûrs d’eux, mais qui connaissent les limites de leurs peuples. J’ai également passé un excellent moment à inventer de nouveaux codes à ce monde. Il y a beaucoup de clin d’œil à différentes histoires de vampires dans cette trilogie.

Se procurer Aeternam

En plus d’être une autrice prolifique, tu t’es également lancée dans une carrière d’éditrice. Les éditions Aeternam AS sont spécialisées dans les manuscrits perdus ou oubliés, leur redonnant une seconde vie. D’où t’es venu un si beau projet ?

Du nombre de gens que j’ai entendu râler après des livres introuvables ! Plaisanterie mise à part, cela faisait un moment que je constatais l’indisponibilité – peu importe la raison – de certains livres pourtant excellents. Ça me trottait dans la tête depuis longtemps. Quand j’ai décidé de me lancer, j’ai eu la chance de rencontrer des gens fantastiques avec qui travailler. Ils ne sont pas tous du milieu éditorial, mais sont tous passionnés. C’est une super équipe.

Pour finir, je te laisse la parole pour nous parler des premières publications : Aeternam Opéra de Laetitia Arnould et Le Test de Zocchièdre de François C Gautier.

Deux univers très riches ! Ils offrent une excellente immersion au lecteur. Dans Aeternam Opéra nous suivons les pas de Gabriel, un jeune homme talentueux mais maladroit qui découvre un opéra ensorcelé, qui court sous les rues de Paris. Il y fait la connaissance d’une ballerine dont il tombe rapidement sous le charme, et d’artistes exceptionnels de divers époques. Mais tous sont prisonniers de l’Opéra Éternel car ce dernier à la particularité d’être maudit. C’est incroyable comme les décors sont enchanteurs dans ce roman ! Entre sortilèges et feux de la rampe, les rebondissements nous tiennent en haleine jusqu’à la fin.

Le site des Editions Aeternam

Pour Le test du Zocchièdre, on découvre Saul, un jeune homme un peu perdu que la vie n’a pas épargné. Si son histoire commence par une condamnation, elle va vite lui ouvrir les portes de ses propres pouvoirs et des secrets de ses origines. Je n’en dis pas plus à ce sujet pour préserver les mystères, mais le monde que va découvrir le lecteur est vraiment maîtrisé. On passe des paysages désertiques à une ville au mille recoins, d’une mer de sel à une flotte de navires volants… que ce soit pour Saul ou la belle Rachel qui l’accompagne, courage et intelligence sont les clés de leur survie. Ce que j’ai préféré chez ces deux romans, c’est le parfum de fantasy qu’ils laissent derrière eux une fois la dernière page tournée. C’est totalement le genre de roman qui fait rêver le lecteur et qu’on est triste de refermer une fois fini. Et attendez de voir notre troisième parution pour la fin de l’année !

Vous pouvez retrouver l’autrice sur ses réseaux sociaux :

FacebookInstagram

4 réflexions au sujet de “Rencontre avec une autrice : Alice Sola”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s