Lectures

Eurydice déchaînée – Melchior Ascaride

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma dernière lecture. Il s’agit d’Eurydice déchaînée de Melchior Ascaride, publié chez Les Moutons électriques. Cette réécriture du mythe d’Orphée et Eurydice est une belle réussite.

Titre : Eurydice déchaînée

Auteur : Melchior Ascaride

Editeur : Les Moutons électriques

Pages : 160

Orphée n’a pas pu ramener Eurydice des Enfers. Ou n’a-t-il pas voulu ? Trahie par son époux, abandonnée à la merci d’Hadès et aux ténèbres du sous-monde, la dryade n’a plus qu’une idée en tête : se venger. Défiant monstres et dieux, Eurydice débute une odyssée dans l’au-delà afin d’accomplir ce qu’aucun mortel n’a jamais réussi, s’échapper du séjour des morts.

Le mythe d’Orphée et Eurydice est sans doute l’un des plus connus, mais une piqûre de rappel n’est jamais de trop. Le jour de ses noces avec le poète Orphée, la dryade Eurydice est poursuivie par Aristée qui tente de la violer. En voulant lui échapper, elle se fait mordre à la cheville par une vipère et meurt. Désespéré, Orphée décide de descendre aux Enfers pour la sauver. Grâce à son talent, il parvient à attendrir Hadès qui accepte de lui rendre l’âme de sa bien-aimée, mais à une seule condition : Orphée ne devra pas se retourner pour la regarder avant d’avoir regagné le monde des vivants. Orphée jure de tenir parole, mais le doute et l’impatience finiront par triompher. A peine remonté à la surface, il se tourne pour contempler Eurydice. Cette dernière, encore sur le seuil des Enfers, se retrouve à mourir de nouveau, et cette fois pour toujours.

Ce mythe bouleversant a été immortalisé de nombreuses fois par les poètes, peintres, compositeurs et réalisateurs. Toujours, ces artistes se concentrent sur la peine d’Orphée et son destin funeste après la perte de sa femme. Mais qu’en est-il d’Eurydice ? Que devient-elle après l’erreur de son époux ? La pauvre dryade n’est qu’un personnage fonction dans le récit, la motivation de la quête du poète, puis la raison de son désespoir. Elle est sa muse, celle qui le rend tragique, et pourtant on ne retient que lui. Celui qui, s’il avait eu du courage, serait resté aux Enfers en compagnie d’Eurydice. Melchior Ascaride fait donc le choix de donner la parole à cette victime, d’inventer une suite après l’échec d’Orphée, de réinventer le destin de cette dryade sacrifiée à l’erreur et la cupidité des hommes. Son Eurydice est pleine de colère. Elle crie vengeance. Elle fera tout pour l’obtenir.

Tu vois juste pour une fois, mon roi. Cependant ce qui nous sépare, c’est le refus. Quand tu te vautres dans ton rôle de pauvre dieu lésé, incapable de s’ériger contre l’iniquité de son propre frère, moi, nous, nous dressons pour rugir en choeur « jamais plus ».

Avant d’être auteur, Melchior Ascaride est avant tout illustrateur. Cette roman graphique étant publié dans la collection Bibliothèque dessinée, il nous offre un parfait mélange entre texte et images. Ces dernières le complètent, voire même lui donnent un sens, permettant de sauter aux yeux des lecteurs dans toute sa colère, son désespoir, son horreur. Les Enfers dépeints par Ascaride sont froids et lugubres, peuplés de fantômes et démons, de forêts désincarnées et de douleurs incarnées. Les teintes pâles et bleutées créent une ambiance d’outre-tombe où Eurydice, telle une dame blanche, erre en quête de vengeance. Sa discorde impacte le texte qui s’anime, s’inverse, se dédouble et se désordonne au fil de ses cris. Cette novella est donc un voyage visuel dans les entrailles d’Eurydice et celles de l’humanité.

Car Eurydice, victime qui ne souhaite plus se taire, n’est pas une simple femme. Par sa quête, elle devient toutes les femmes. Celles qu’on oublie, celles de qui on  se moque, celle qu’on bafoue et qu’on tue. Son odyssée lui fera croiser le chemin d’autres victimes ou bourreaux en repentir, dévoilant enfin la vérité sur ces femmes injustement punies par l’histoire, comme Méduse, quand leurs peines ne sont pas manipulées en « histoire d’amour », comme Perséphone. Il y a une sorte de jouissance de voir enfin ces héroïnes obtenir justice à travers Eurydice. Car après tout, le nom de cette dernière signifie bien « la justice sans bornes ».

D’autres avis sur Eurydice déchaînée : Love in books, Au Pays des Cave-Trolls, Le Bibliocosme, Le Syndrome Quickson, Les Chroniques du Chroniqueur.

8 réflexions au sujet de “Eurydice déchaînée – Melchior Ascaride”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s