Ecriture, Interview d'auteur

Rencontre avec une éditrice : Alice Sola de Aeternam AS Editions

Bonjour tout le monde, je vous retrouve aujourd’hui pour une nouvelle interview/présentation d’une maison d’éditions. Après avoir visité les coulisses de Magic Mirror et de Twinkle Editions, intéressons-nous à Aeternam AS Editions, spécialisé dans les secondes chances. Après avoir découvert sa fondatrice Alice Sola en tant qu‘autrice, je vous propose de la découvrir en tant qu’éditrice.

Bonjour Alice et bienvenue (de nouveau) sur le blog ! Je te remercie de m’accorder une nouvelle interview 🙂 Après avoir rencontrer la Alice autrice, rencontrons la Alice éditrice !

Bonjour Nina, merci à toi !

Avant de commencer, prenons le temps de répondre à la question traditionnelle de ces interviews : as-tu un dernier coup de cœur à nous conseiller (livre, film, série…) ?

Pour mon dernier coup de cœur, je suis retombée amoureuse : Le fantôme de l’opéra de Gaston Leroux m’a de nouveau fait de l’œil. En plus, c’est redoutable, on a toujours envie de réécrire un classique…

Peux-tu présenter la ligne éditoriale d’Aeternam Editions et ses collections ?

Aeternam AS Éditions a pour but d’offrir une seconde chance aux manuscrits qui ont connu une « vie difficile ». Nous avons trois collections dédiées à ce but. La Collection Phénix, qui s’occupe des manuscrits « orphelins », c’est à dire qui se retrouvent sans maison d’édition ; la Collection Draco Dormiens, qui ont un passé éditorial atypique et souvent douloureux ; et la petite dernière, la Collection Lotos, qui prend en charge les séries inachevées.

La page Instagram d’Aeternam AS Editions

Comment un aussi beau projet a-t-il vu le jour ?

Ce projet est né d’une discussion autour d’une table à propos des livres indisponibles dans le commerce. La future équipe que nous étions était en train d’énumérer les multiples raisons pour lesquelles certains livres ne parvenaient pas à finir entre les mains des lecteurs. C’était au début une simple frustration de lecteur qui s’est transformée en projet beaucoup plus ambitieux. Et tout cela sans la moindre goutte d’alcool.

Es-tu seule dans les coulisses d’Aeternam ou travailles-tu avec une équipe ?

Effectivement, nous travaillons en équipe. La responsabilité principale est la mienne, donc il est de mon devoir d’assurer la majorité du travail, mais Aeternam n’existerait pas sans la formidable équipe qui m’entoure. Mes collègues sont assez discrets et sont pour la plupart des anciens du métier, mais une chose est sûre : nous sommes tous unis par l’amour que nous portons aux livres.

En prenant du recul depuis la naissance d’Aeternam Editions, de quoi es-tu la plus fière ? Que changerais-tu si tu pouvais retourner dans le passé ?

Question difficile, mais disons que j’éprouve un grand bonheur quand je reçois des messages de lecteurs heureux, ou d’auteurs satisfaits de voir leur poussin renaître.

Comment les auteur.ices peuvent-ils rejoindre Aeternam Editions ?

Nous pouvons être joints comme une maison d’édition classique. Sur notre site se trouve notre adresse mail pour envoyer des manuscrits. Nous sommes un peu submergés en ce moment, mais nous lisons tous les manuscrits que nous recevons.

Le site d’Aeternam AS Editions

En tant qu’éditrice, qu’attends-tu d’un roman ? Y a-t-il des erreurs à ne surtout pas commettre ?

J’attends de l’évasion dans son sens le plus large. Comme la plupart des lecteurs, j’aime voyager grâce à un livre, vivre tout un panel d’émotions, et m’attacher à des personnages hauts en couleur. Ce que je considère comme une « erreur » est un livre écrit dans le seul but de noircir des lignes, et qui n’a aucune âme.

Aeternam Editions a déjà pu ressusciter des textes de Laetitia Arnould, Mélissa Restous et François C. Gautier. Comment s’est passée ta collaboration avec ces auteurs ?

Nous avons la chance d’avoir des auteurs sympathiques et compréhensifs, qui sont travailleurs et n’hésitent pas à donner le meilleur d’eux-mêmes pour arriver à donner satisfaction au lecteur. Ce n’est pas toujours le cas, ce qui est d’autant plus plaisant. Cela nous donne beaucoup d’entrain, car nous souhaiterions mieux faire connaître les magnifiques romans qu’ils ont écrits.

Dernièrement, tu as réussi un tour de force en récupérant les droits de Finale, le dernier tome de la trilogie Caraval signée Stephanie Garber. Comment as-tu réussi ce beau projet ? Comment s’est déroulé ta collaboration avec l’autrice ?

Finale s’est déroulé comme les autres projets : c’est à dire, on sort le carnet d’adresse et on croise très fort les doigts. C’est un des moments les plus stressant et les plus exaltant d’un projet en cours ! On se retrouve à un moment « charnière » où l’on se demande si l’aventure va commencer ou non. Stephanie Garber s’est montrée gentille et bienveillante. Sa joie nous a fait très plaisir.

Peux-tu nous dire quelques mots sur les futurs publications d’Aeternam et sur tes futurs projets ?

C’est la question que je redoutais le plus ! En effet, nous travaillons sur plusieurs projets, mais si nous n’en parlons pas, c’est afin d’éviter de décevoir les lecteurs. Actuellement, le monde de l’édition est en plein mouvement, et les contraintes matérielles sont parfois insurmontables. Il nous faut nous adapter en permanence pour y remédier. Nous avons une longue liste de livres dont nous souhaiterions le sauvetage, et à son sommet se trouvent des ouvrages fort réclamés dans les messages que nous recevons. Ce que nous pouvons déjà préciser, c’est que nous publions en priorité de la Fantasy et du Fantastique.

Encore merci Alice pour tes réponses ! 🙂

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s