Lectures

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle – Stuart Turton

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma dernière lecture. Il s’agit du roman policier Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton. J’ai beaucoup aimé, même si j’ai dû m’accrocher pour tout suivre.

Titre : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle (The seven deaths of Evelyn Hardcastle)

Auteur : Stuart Turton

Editeur : 10/18

Pages : 600 pages

Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.
Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Quand on m’a vendu les mérites de ce livre à la croisée entre Cluedo et Un jour sans fin, je me suis laissée tenter en prenant un risque : je ne suis pas une experte en romans policier et celui-ci est du genre assez complexe. Dès les premières pages, nous sommes plongés in media res dans l’action. Le narrateur se réveille amnésique au plein milieu de la forêt, blessé, convaincu d’avoir été témoin d’un meurtre, avec un seul nom sur les lèvres : Anna.

Par la suite, la journée s’enchaine à ses côtés et nous sommes tout autant perdu que lui. Il va falloir un peu de temps pour comprendre les enjeux de l’intrigue. C’est une sorte de jeu macabre. Un meurtre aura lieu le soir même et le narrateur devra l’élucider s’il espère s’échapper un jour de cet endroit. Dans le cas contraire, il est condamné à revivre sans cesse la même journée, mais dans un corps différent. Car le narrateur n’est pas lui-même. A chaque réveil, il emprunte le corps d’un hôte, l’un des invités au château où Evelyn Hardcastle est condamnée à mourir. De là, un dilemme va se poser : peut-il se contenter de trouver le meurtrier ou parviendra-t-il à sauver la jeune femme ?

Difficile de vous en dire plus sur ce roman sans prendre le risque de vous spoiler. Ce fut une très bonne lecture. Je pense que vous l’apprécierez si vous êtes amateur de secrets de famille, de complots et de retournements de situation. Si vous parvenez à passer l’incompréhension des premiers chapitres, alors ce sera bon. Jusqu’au bout, l’auteur parvient à nous maintenir en haleine. Comme toujours, je me suis faite avoir par les twists et les rares fois où je devinais quelque chose, c’était quelques phrases avant. Mais n’oubliez pas que je reste novice dans le genre.

La particularité de ce roman, c’est bien entendu le jeu entre les points de vue. Vous allez revivre 8 fois la même journée et c’est en complétant les pièces du puzzle que vous allez comprendre. Un personnage va donc être découvert sous plusieurs facettes selon l’angle dont vous l’abordez. Le tout est assez complexe, je vous conseille même de prendre des notes. Surtout, ne faites pas comme moi, qui a dû laisser de côté ma lecture de côté quelques temps pour des raisons personnelles. Ce fut vraiment difficile de se remettre dedans tellement l’intrigue est complexe.

La personnalité du narrateur s’estompe derrière celle de ses hôtes, quitte à disparaître complètement. C’est un procédé intéressant, parfois difficile quand on est prisonnier dans le corps et l’esprit d’une belle ordure. Il faudra jouer des atouts et des faiblesses de ces 8 personnages pour résoudre le crime, tout en luttant contre les autres joueurs. C’est là que repose selon moi le point faible de son roman : on sait trop peu sur ce qui se passe à l’extérieur du jeu, sur le narrateur en lui-même. Ce serait un parti pris audacieux si Stuart Turton n’avait pas glissé une sous-intrigue sur le passé de Bishop qui, au final, reste inexploitée. Il fallait choisir entre ces deux options : soit on n’en parle pas, soit on la développe davantage. A la place, je suis restée sur ma faim, frustrée par le choix du personnage. Encore une fois, pas de spoil, mais je dirais juste ceci : notre protagoniste a le pardon beaucoup plus facile que moi et même si ce sentiment peut paraître noble, au bout de la énième fois il semble naïf et têtu.

+ Une intrigue policière pleine de rebondissements

+ Un jeu sur les points de vue audacieux et original

D’autres avis sur Les sept morts d’Evelyn Hardcastle : Muffins and books, La paupiette culturelle, Narre ton livre, Les lectures de Maud et Manon, Livrer des mots, Livresse de Lola, Les livres de Rosa, Les chroniques de Laulitta, Mangeur de livres, Emois livresques, Au temps des livres,

3 réflexions au sujet de “Les sept morts d’Evelyn Hardcastle – Stuart Turton”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s