Lectures

Là où réside l’hiver – Laetitia Arnould : un conte Young Adult écolo et magique

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma dernière lecture. Il s’agit de Là où réside l’hiver de Laetitia Arnould, publié chez Twinkle Editions.

Titre : Là où réside l’hiver

Autrice : Laetitia Arnould

Editeur : Twinkle

Pages : 424

À l’approche de ses dix-sept ans, Edda Nightingale est une jeune fille solitaire et hypersensible. Orpheline, elle vit avec sa belle-mère et sa belle-sœur, Ally. Si elle se sent étrangère en leur compagnie, elle ne quitterait le manoir familial pour rien au monde, même quand tout est fait pour la mettre à l’écart. Elle veut veiller sur les bois de Moonland et sur les étonnants animaux qui vont et viennent, comme l’élégante hermine et le mystérieux harfang des neiges.
Garant des nuits de givre et des glaciers, Jack Frost est la quintessence de l’hiver. Pourtant, qui connaît encore son nom? Jack n’est plus qu’une vague image du passé, un nom perdu au fond d’un vieux livre ou chuchoté dans un cantique. Invisible pour les hommes et délaissé des fantômes, il a le sentiment de ne compter pour personne, sauf peut-être pour Janvier le renard polaire. Il erre chaque jour, investi d’une haute mission : celle de préserver l’hiver, de souffler le givre et de faire danser les flocons…
À l’aube d’un nouvel hiver, le destin (ou peut-être est-ce le vent du nord, un étang gelé ou une aurore boréale ?) va mêler le monde d’Edda à celui de Jack. Si la première va découvrir un univers de conte et de légendes, le second va apprendre à mieux connaître les humains, ces Ephémères en qui il croit si peu et qui l’ont laissé pour compte…

Il y a quelques mois, j’ai participé à la campagne Ulule de Twinkle Editions pour financer le nouveau projet de Laetitia Arnould. Pourquoi ? Parce que Laetitia est une collègue autrice de chez Magic Mirror Editions, que son univers me parle beaucoup et, tout simplement, ce roman plein de magie et de flocons me donnait vraiment envie. Verdict après ma lecture ? Je ne le regrette absolument pas.

L’interview de Laetitia Arnould

La première fois que j’ai entendu parler de ce projet, Laetitia le présentait comme une réécriture du mythe de Jack Frost. C’est un personnage aux multiples facettes, incarnation du gel et de l’hiver, que j’avais découvert dans le film Les Cinq Légendes. Une seule référence, c’est peu, je suis donc novice dans ce domaine. Mais j’ai retrouvé des similitudes dans le Jack de Laetitia, ces points qui avaient su me séduire, si bien que j’ai eu un véritable coup de cœur pour son protagoniste. J’adore le caractère de Jack, ses pouvoirs, son histoire, mais surtout ses tourments qui le rendent magnifiquement humain. Et son destin est directement lié à la trame hivernale du roman.

Là où réside l’hiver est une déclaration d’amour à la saison qui lui donne son titre, un portrait de sa beauté et sa magie, mais aussi un appel à sa protection. On ressent toute l’affectation que l’autrice a pour ce qu’elle écrit, que ce soit par ses descriptions magnifiques du froid, de la neige et du givre, mais aussi dans la mythologie qu’elle réinvente, inspirée des folklores anglo-saxons, slaves et scandinaves. Je connaissais la plume de Laetitia Arnould, je la savais magnifique. Selon moi, elle n’a jamais été plus belle que dans ce roman.

Ce roman a donc des sonorités de contes, par ses éléments et sa magie inhérente. Certains personnages semblent tout droit sortis de l’une de ces histoires de notre enfance (je reviendrais dessus). Son univers, sorte de monde caché au nôtre, est fascinant. Elle dépeint l’existence des Veilleurs de l’An, sortes d’esprits des saisons incarnant chacun un mois de l’année.  Il y a Décembre, la belle hermine. Janvier, l’espiègle renard polaire. Février, le fier harfang des neiges. Vous découvrirez d’autres Veilleurs, mais ceux-ci sont au cœur du récit, par leur place hivernale. J’ai aimé leurs rôles habilement distribués et ce qu’ils apportent chacun à l’intrigue.

Pas un bruit, pas un souffle.Derrière les dernier remparts de l’hiver, là où le temps s’engourdit, seules les conversations venteuses ou givrés éclosent. L’une après l’autre, elles dévoilent les plus anciens secret et font ressurgir les souvenirs enneigés…

Outre Jack, notre second protagoniste est Edda Nightingale, une jeune fille hypersensible amoureuse de l’hiver. Edda demeure près des bois de Moonland, qu’elle aime et protège depuis l’enfance. Orpheline, elle vit avec sa belle-mère Miranda Glasting et la fille de cette dernière, Ally. Incomprise par les autres, elle seule parviendra à rompre la glace, traverser la frontière entre le monde des Ephémères (les Hommes) et celui de Jack et des Veilleurs. Le personnage d’Edda, par son âge et sa personnalité, me mène à croire que ce roman fait partie de la catégorie Young Adult. Son cœur pur, son passé tragique, ses capacités différentes des autres humains, la relation attendue mais douce et magique qu’elle va tisser avec Jack… Tous ces éléments correspondent à cette catégorie d’âge, c’est pourquoi ce roman est une belle lecture dès l’adolescence, d’autant plus que ses thématiques sont essentielles pour les générations futures. Edda était peut-être trop « parfaite » pour être mon personnage préféré (j’avoue, Jack reste mon chouchou comme j’en ai parlé plus haut), mais je ressens toute l’affection que l’autrice a pour elle. Laetitia s’est déjà exprimée sur son hypersensibilité, trait qu’elle partage avec Edda et cela se ressent dans son point de vue, ses liens avec les éléments et les autres personnages.

Je parlais de l’aspect conte de fées, je vais renchérir en parlant d’un côté « Disney », c’est-à-dire que je verrais parfaitement cette histoire adaptée en film d’animation. La magie de l’hiver, la trame narrative, les personnages et leurs enjeux… Prenons l’exemple de la belle-famille d’Edda, dont de nombreux lecteurs remarquent la ressemblance (voulue, j’en suis sûre) avec la belle-famille de Cendrillon. Laetitia Arnould ne tombe pas dans le piège de la rivalité entre Edda et Ally et je l’en remercie pour cela. Au contraire, les deux jeunes filles ont un joli lien, que j’ai ressenti comme touchant et sincère. J’ai davantage de réserve concernant Miranda Glasting, trop caricaturale pour moi (l’effet Disney peut-il également être cité sur ce point-là ?). Je pense que l’autrice aurait pu creuser davantage la figure de la belle-mère, qui reste ici très archétypale et cette sous-intrigue m’a moins convaincue. J’aurais par exemple adoré avoir des passages du point de vue de Miranda pour en apprendre plus sur ses motivations. Celles présentées ne tiennent pas la route car en les associant à cette personnalité très cruelle, le contraste est flagrant et bancal. Dommage pour ce point, donc.

En revanche, je ne suis pas d’accord avec des remarques que j’ai vues concernant le rythme. Certes, le récit prend un peu de temps pour s’installer, mais tant mieux ! L’autrice plante son décor, construit ses personnages avant leur rencontre et cela est très bien. De plus, l’alternance entre le point de vue de Jack et celui d’Edda donne un rythme très intéressant au récit, justement maîtrisé par Laetitia Arnould. Le tout porte un message essentiel sur notre impact sur la planète. Là où réside l’hiver est une magnifique métaphore écologique, sur le réchauffement climatique, la fonte des glaces et les espèces mises en danger par l’Homme. Si le roman se conclut tout de même sur une note d’espoir, il nous rappelle que maintenant, la solution est dans nos mains. À nous d’agir pour aider Jack et les Veilleurs à sauver l’hiver.

D’autres avis sur Là où réside l’hiver : Les histoires de Lullaby, L’antre d’une rêveuse, L’Echo littéraire, Zoé prend la plume.

7 réflexions au sujet de “Là où réside l’hiver – Laetitia Arnould : un conte Young Adult écolo et magique”

  1. Je suis de ton avis pour tout, y compris la sous-intrigue centrée autour de la belle-mère vraiment trop trop méchante, et manquant un peu de nuance. Mais comme ça n’est pas le nœud principal du roman, ça n’a pas entaché non plus le plaisir de ma lecture qui a été excellente !
    J’avais lu Ronces blanches, roses rouges, et comme toi je pense que la beauté de l’écriture de Laetitia se révèle particulièrement bien dans Là où réside l’hiver.
    Je n’avais pas pensé à l’adaptation animée du livre, mais tu as raison, et je serais bien curieuse de voir si l’image rendue est aussi fine, belle et poétique que les mots de Laetitia.
    Merci pour le lien 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai une tendresse particulière envers Ronces blanches et roses rouges car c’est le premier roman édité par Magic Mirror (et le premier que j’ai lu chez eux), mais j’avoue que c’est un réel plaisir de voir l’évolution de la plume de Laetitia et la façon dont son monde féérique s’est épanoui.
      As-tu lu Le Bois sans Songe ? Il est de la même trempe et je pense qu’il pourrait te plaire 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Ah oui, je comprends, je pense qu’on a tous une tendresse particulière pour son premier MME. Moi c’était Le magicien 🙂 Il est resté mon favori !
        Je n’ai pas encore lu Le bois sans songe, mais du coup je vais suivre ton conseil, et le prévoir pour l’année, merci beaucoup 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. J’ai beaucoup aimé ce roman également ! (pareil que toi, j’ai aussi tiqué sur le personnage de la belle-mère, mais comme elle n’est pas l’antagoniste principal, j’ai préféré ne pas m’attarder dessus).
    En tout cas, j’avais déjà prévu de me pencher sur Le bois sans songe de la même autrice, et ça me conforte dans l’idée de le glisser dans mon panier lors de mon prochain craquage chez Magic Mirror ! j’ai adoré la plume de Laetitia Arnould dans ce roman, il ne m’a manqué que la neige à ma fenêtre pour être pleinement plongée dans l’Hiver ! 🙂
    (Merci beaucoup pour le ping ! :))

    Aimé par 1 personne

    1. Si tu apprécies la plume de Laetitia, alors oui Le Bois-sans-Songe est un incontournable ! Elle a réussi à créer une ambiance envoûtante avec un personnage principal qui l’est tout autant. J’ai hâte d’avoir ton retour sur ce roman 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s